Jeu de rôle des chevaliers d'émeraude
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Gentil Paysan et la Princesse Solitaire, 15ans plus tard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lavann
Huitième génération
avatar

Masculin Nombre de messages : 295
Age : 22
Localisation : Quelque pars... Je sais pas trop où
Date d'inscription : 17/06/2012

Feuille de personnage
Les armes de votre personnage:
Ces vêtements:

MessageSujet: Le Gentil Paysan et la Princesse Solitaire, 15ans plus tard   Ven 30 Sep 2016, 07:51

Qu’es ce que je savais de cette fille au finale? Plus je pense à cela, plus je me dis que j’aurais dû prendre le temps de la connaitre un peu mieux. Cependant, notre dernière conversation ne c’était pas si bien passé. À ce que je peux me rappeler, notre dernière conversation avait été à propos de cette lumière blanche qui nous encerclait l’un l’autre lorsqu’on se regardait. Âme-sœur c’est bien ça? Je crois l’avoir rejeté ce jour, mais à ce moment de ma vie je n’étais pas prêt à ce genre de chose et mon cœur avait été conquis par une femme à cette époque. Maintenant j’étais plus sage et j’avais enfin eut le temps de vivre, oui vivre, après être passé si proche de la mort si souvent je pouvais me permettre de dire que j’avais vécu.

Je sais que je venais simplement d’arriver, mais je ne sais pas pourquoi j’étais attirer par le désir de revoir cette fille… en fait elle doit être rendu une femme maintenant. Sachant qu’elle était une princesse et qu’elle n’est plus au château je me devais de faire le calcul et me dire que j’allais devoir aller la chercher sur son trône de Béryl. Après avoir parlé avec la nouvelle cheffe de l’ordre je passai une couple de jour dans l’enceinte du château pour me familiariser à nouveau avec tout le rituel d’un chevalier. J’étais un peu déçu de voir si peu de personne dans le château, si peu de mes frères et sœurs d’armes, mais c’est vrai que la guerre a fait tellement de morts. Je pris un instant pour aller me recueillir auprès de la statue de ma grand-mère avant de prendre la direction de l’écurie.

Lorsque j’approchai mon cheval, je pus ressentir son questionnement lorsque je fus assez proche pour qu’il remarque mes sacs de provisions que j’avais pris dans la cuisine avant d’être passé à la chapelle. Je pris mon temps pour brosser mon cheval, le caressant parce que je savais que j’allais lui demander un autre long et ardu voyage encore et en si peu de temps.
« Je t’aime mon beau, je sais que je t’en demande beaucoup, mais j’ai confiance en toi. On a encore un dur voyage à faire, après celui-ci je te promets qu’on pourra se reposer. »

Après avoir chuchoté ses paroles à son oreille, je le scellai puis accrochais mes sacs. Dur et long effectivement, j’allais probablement devoir arrêter dans une couple de petit village pour me rassasier, mais d’ici à ce que je quitte Émeraude j’allais avoir assez de vivre. Mon voyage allait m’éloigner de mes chemins habituels, je n’avais jamais eu à naviguer sans suivre une des rivières, mais pour me rendre à Béryl je n’allais pas avoir vraiment le choix. Je ne sais que très peu de chose à propos de ce pays à part qu’il se situe vers sud-est d’Émeraude, alors je pris cette direction. Ce fut grâce à l’indication des personnes que je rencontrais dans les villages paysans que je réussis à me rendre jusqu’à Béryl en un morceau.

En arrivant dans les terres de Béryl je pus enfin apercevoir toutes les montagnes qui formaient se royaume. C’était plutôt impressionnant à voir, tout à fait autre chose que ce que j’avais l’habitude de voir à Fal. Étant donné que personne n’était réellement au courant de mon arrivée, je pris le temps de faire le tour. Je passai à travers tous les petits villages, demandant de l’aide au villageois pour avoir un toit tout en offrant mes services. Ce petit séjour parmi les Béryllois me permit d’en apprendre plus sur ce peuple plutôt intriguent… je dis sa surtout pour quelqu’un comme moi qui aime apprendre. C’est après 2 jours passer auprès du peuple que je fis enfin mon apparition près du château royal. Descend de ma monture près des portes je fis signe de tête au garde essayant de me rapprocher du château. Aussitôt que je fus intercepter je m’arrêtai et leur répondit poliment.


« Je suis ici pour parler à Aisen. »
« Vous êtes bien courageux de parler de la reine aussi familièrement. »
« Alors dites à la reine que Lavann d’Émeraude est ici pour la voir. »

Aussitôt que les gardes furent partis je pris direction de l’écurie voulant laisser mon cheval se nourrir et surtout boire un peu d’eau. En m’approchant, je vis un jeune homme qui avait l’air de s’occuper des bêtes alors je lui demandai poliment de s’occuper de mon ami. Le temps que je trouve le jeune homme fut le nombre de temps qu’il s’écoula avant qu’on vienne me chercher parce que j’avais eu le droit de m’entretenir avec la reine. Je n’avais aucune idée de ce qu’il allait se passer et cela m’angoissais un peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aisen
Huitième génération
avatar

Féminin Nombre de messages : 477
Age : 21
Localisation : Bèryl quelle question
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Les armes de votre personnage:
Ces vêtements:

MessageSujet: Re: Le Gentil Paysan et la Princesse Solitaire, 15ans plus tard   Mer 05 Oct 2016, 16:32

La lumière transperça par les fenêtres de la grande chambre royale, qu'Aisen occupait avec ses deux enfants âgés désormais de dix ans. Elle avait bien évidemment senti la présence de son âme-sœur près d'elle et même si le temps avait passé, sa rancœur contre lui était encore puissante. La jeune femme ne lui avait pas encore pardonné sa manière abrupte de la rejeter avec qu'elle s'était mise a nu autant symboliquement que physiquement. Seulement, aujourd'hui elle était mère, mais surtout Reine et avait décidé d'ignorer les relents de son cœur pour le faire quérir à la cours et qu'il s'explique. S'il était dans son royaume, il viendrait sûrement la voir à un moment donné ou un autre.

La jolie brune sentie en ouvrant les yeux que Lavann, s'était enfin décidé à venir quérir une audience. Elle sortie de son lit et comme chaque matin depuis qu'elle était devenue reine, se prépara à accueillir les nobles ou tout simplement les gens de son peuple dans sa salle d'audience. Néanmoins, aujourd'hui serait un jour bien différent des autres, elle allait revoir l'homme autour du quel, elle voyait cette magnifique aura blanche. Aisen le haïssait, du moins au début elle avait réussie à le haïr au plus profond d'elle-même, mais aujourd'hui, malgré la rancœur, elle était devenue mère et elle ne pouvait plus reprocher à Lavann de l'avoir repoussé alors qu'elle était tombée amoureuse de son maître qui lui avait fait le merveilleux cadeau de la vie.

La reine coiffa ses merveilleux cheveux brun et enfila sa robe bleue nuit, d'une part cette couleur faisait ressortir le bleu azur de ses yeux et d'autre part la pâleur de sa peau était aussi mise en avant par la robe en flanelle à manche courte. Elle présentait un jolie décolleté en rond qui laissait entrevoir la forme des seins sans pour autant en offrir une vision parfaite, la coupe de la tenue était aussi faite pour qu'aux moindres regards, on aperçoive la taille fine de la jeune souveraine. Une fois, parée de sa plus belle robe et du diadème que Tata Tori lui avait offert, Aisen alla réveiller sa fille et son fils qui occupaient la chambre attenante à la sienne. La jeune mère malgré son rang avait refusé d'engager des nourrisses pour s'occuper de ses enfants, elle y prenait un plaisir incommensurable et surtout à chaque fois qu'elle les voyait, elle repensait à Alec. La blessure se rouvrait, mais le baume qu'était ses enfants étaient une bénédiction.

Ils prenaient, tous les trois, leurs petits déjeuners dans leur salon, après avoir fini de se préparer quand un garde vient frapper à la porte. La souveraine savait ce qu'il voulait, elle l'avait sentie. Elle se releva et adressa un mot au garde :


« Emmène-le dans mon salon privée et fait le attendre »

Elle souria puis se retourna une nouvelle fois vers ses enfants qui la regardaient avec un œil suspicieux. Ils avaient l'âge de se poser la question de qui était leur père même s'ils ne l'avaient pas encore demandé, Aisen savait que cela viendrait, mais pas aujourd'hui. Elle se rassit pour être à leur hauteur et leurs expliqua la situation.

« Aujourd'hui, vous allez rencontrer, un ancien ami à maman. Il faudra vous montrer sage, cette personne est très importante pour moi et vous comprendrez bien vite en nous écoutant. Alors je vous fais confiance mes amours. »


Ensuite, elle se leva et entraîna les deux enfants à sa suite. Son pas était sur ce qui détonnait avec son cœur qui battait la chamade. La jeune reine ne savait pas vraiment pourquoi elle ressentait ça, elle pensait avoir oublié tout de ce supposé âme-sœur qui l'avait rejeté et maintenant qu'il frappait à sa porte son cœur la trahissait. Aisen se mordit la lèvre et poussa les portes du salon pour y entrer. Ses yeux se posèrent sur le chevalier, mais aussi sur l'aura blanche qui émanait de lui, qui était installé dans le salon et sourie sans vraiment en prendre conscience avant de placer ces deux enfants devant elle et de prendre la parole.

« Bonjour chevalier, que me vaut l'honneur de votre présence en mes murs ? Êtes-vous seul ? »

Elle connaissait la dernière réponse, mais se refuser à chercher la première dans la tête de Lavann. La souveraine ne lui présenta pas ses enfants pas encore, avant elle voulait savoir pourquoi il était là. Elle attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Gentil Paysan et la Princesse Solitaire, 15ans plus tard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire
» Jakar gentil Shih-tzu abandonné à 14 ans ! (54)
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» [Le paysan] La culture des légumes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les chevaliers d'Émeraude - L'histoire continue... :: Enkidiev :: Royaumes situés au centre :: Le royaume de Béryl :: Le château :: La salle d'audience-
Sauter vers: